samedi 5 juin 2010

L'Education sentimentale, Gustave Flaubert


Après une pause relativement longue... I'm back !

Ne croyez pas que je n'aie rien lu ces derniers temps... au contraire ! Je me suis juste laissée un peu emporter par diverses activités touristiques !

J'ai passé un long moment avec l'Education sentimentale, de Gustave Flaubert. Je suis toujours un peu bloquée lorsqu'il s'agit de vous parler des classiques : peur de dire n'importe quoi, de parler bêtement, peur de ne pas être à la hauteur des chefs-d'oeuvre.

C'est un roman initiatique, où l'on observe le jeune Frédéric devenir adulte. Il quitte sa mère, et s'installe à Paris, où, il faut bien le dire, il va faire pas mal de conneries. Il va connaître des femmes, mais aucune n'égalera la fameuse Madame Arnoux... Il rencontre des jeunes hommes qu'il admire d'abord, parce qu'ils sont un peu plus "in", connaissent mieux la vie parisienne : certains sont révolutionnaires, d'autres simplement opportunistes. Il tente de s'élever, de se procurer une meilleure situation, souvent maladroitement.

Il faut s'attendre à beaucoup de discussions politiques dans ce roman, que j'ai eu parfois du mal à suivre, je suis sans doute trop nulle en histoire !

L'Education sentimentale est aussi parisienne que Madame Bovary était provinciale, et même si j'ai adoré re-découvrir les rues que je connais à l'époque de la révolution de 1848, Frédéric n'a pas eu le même effet sur moi qu'Emma. Je suis contente de l'avoir enfin lu, et je reconnais mille qualités à ce roman, mais je suis un peu déçue aussi de ne pas avoir été aussi emportée que je le pensais.

7 commentaires:

keisha a dit…

Je rêve ou tu as change de look pour ton blog? pas mal du tout! (mais comment font-elles pour avoir de chouettes blogs? mode jalouse ^_^)
Bref, ce Flaubert là je l'ai lu une fois adulte, donc pas obligée. Un souvenir lointain, sans doute suis je aussi passée un peu à côté. Mais c'est "à lire" évidemment.

Stephie a dit…

Une magnifique plume, certes. Mais je me suis ennuyée en le lisant...

Pickwick a dit…

Tiré à l'oral du bac et je me souviens encore plus de 10 après du "Ce fut comme une apparition. Elle était là...". Traumatisée moi ? Naaann... bonne note, mais mauvais souvenir !

Ys a dit…

Un de mes grands échecs de lecture, commencé au moins trois fois et jamais fini...

Lilly a dit…

Tout comme Ys, je n'ai jamais réussi à le finir. Et je n'ai pas non plus adhéré à "Madame Bovary"...

Kikine a dit…

Ah là là, cela me fait malheureusement trop penser à ma "stupide" prof de français de première et ça me donne des boutons ... A tel point que je ne me souviens que d'une lecture laborieuse .. dommage, j'ai du passer à côté de quelque chose

cocola a dit…

@keisha : ouiii j'ai changé il y a quelques semaines ! En fait, je n'ai aucun talent, tout ça, c'est grâce à Blogger qui propose un outil assez maniable pour personnaliser l'interface...

@Stephie : moi aussi, un peu en fait...

@Pickwick : ah oui ! en effet ! Pour un peu la même raison, j'ai une réaction de rejet par rapport à En attendant Godot, jamais été capable de le lire...

@Ys : J'avoue que j'ai failli laisser tomber, et puis j'ai pris mon courage à deux mains. Pas un coup de cœur cependant.

@Lilly : Ah, dommage pour Madame Bovary. Ceci dit, à la première lecture, moi non plus. C'est à partir de la troisième que je l'ai réellement apprécié...

@Kikine : rien de pire que les lectures forcées, imposées comme une cuillère d'huile de morue. Certains textes étudiés en classe restent des bons souvenirs, mais je comprends tout à fait ta réaction !