vendredi 26 décembre 2008

Le roman des Jardin, Alexandre Jardin


Un roman qui avait pas mal fait parler de lui lors de la rentrée littéraire 2005.

Habituée à des romancettes légérement mièvres - quand je dis habituée, je veux tout simplement dire que j'avais lu l'Ile des Gauchers en m'ennuyant, il faut bien le dire, et à grands coups de soupirs exaspérés, le Roman des Jardin m'a surprise.

L'auteur y révèle qui il est vraiment, ou plutôt qui étaient les Jardin, en recherchant ce qu'il y a de Jardin en lui : et si toutes ces bluettes qui ont fait son succès n'étaient que mensonges, s'il était un Jardin jusqu'à la (double)rate, fait pour le bonheur polygame et condamné à ne jamais pouvoir vivre comme les ennuyeux gens normaux ?

Alexandre Jardin nous raconte donc ses souvenirs, parmi sa grand-mère, qui considérait comme son devoir d'accueillir sous son toit les ébats des couples illégitimes, son grand-père le Nain Jaune, à la morale irréprochable qui faisait transiter par la Suisse des valises remplies de billets destinés au financement de divers partis politiques, et d'autres oiseaux rares de passage...

Quelques anecdotes amusantes, des personnages farfelus, le livre en soi n'est pas désagréable à lire et je me suis même sentie soulagée que Jardin ne fasse pas trop d'Alexandre mais plus du Jardin (si je puis dire...), quelques scènes trqsh même !

Pourtant, même si certains passages évitent l'écueil people en ne citant aucun nom, ce n'est pas le cas à chaque fois et j'ai eu l'impression générale qu'Alexandre Jardin cherchait à faire du "sulfureux", des choses à raconter sur les plateaux télé quand il ferait sa promo.... Un peu facile.

D'autant plus que si le livre s'intitule le Roman des Jardin, il s'agit bien d'un roman et non de mémoires, de confessions ou d'une pure autobiographie.

Or pour un roman, il faut une construction, une histoire, un but, ou au moins un des trois, quelque chose pour le faire tenir, et c'est un peu, selon moi, ce qu'il manque ici... Si fil conducteur il y a, ce serait peut-être la recherche d'identité de l'auteur, qui n'est franchement pas passionnante... Un peu lourde à certains moments.

Dit comme ça, ça a l'air d'un paquet de critiques mais il y a aussi des choses amusantes dans ce roman... Pas assez pour en faire un bon roman, je crains...

3 commentaires:

Florinette a dit…

Pas vraiment tentée par ce livre, ni par l'auteur du reste...pourtant j'avais bien aimé "Le zèbre".
Bonne soirée !

Karine :) a dit…

J'ai lu "le zèbre" et "Fanfan" il y ap lusieurs plusieurs années... mais on dirait que je ne suis plus du tout tentée par cet auteur...

Coralie a dit…

@Florinette : ben oui, du coup moi j'ai pas vraiment envie de poursuivre...

@Karine :) : oui oui, c'est exactement ça, peut-être dans quelques années mais même si certains passages étaient amusants, ça n'a pas suffit pour moi